Crise de 2008 causes et conséquences pdf

Crise de 2008 causes et conséquences pdf article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Pour prévenir l’effondrement du système bancaire islandais, les trois principales banques du pays ont été nationalisées. Les effets de cette défaillance se font sentir dans d’autres pays européens.

7 octobre qu’ils ne pouvaient plus retirer de fonds. De nombreuses organisations, municipalités et autorités britanniques détiennent des fonds dans les banques islandaises. De la même façon, beaucoup de banques européennes ont des centaines de millions d’euros d’exposition dans les banques islandaises. Islandais jouissent, selon l’ONU, du niveau de vie le plus élevé au monde, juste après les Norvégiens. Les banques locales se lancent dans une politique d’endettement avec effet de levier massif et spéculent sur des actifs de plus en plus risqués. Les perspectives à moyen terme de l’Islande restent enviables.

Mais ces opinions n’ont eu aucun impact sur la surveillance du FMI. L’effondrement financier résulte essentiellement des stratégies risquées appliquées par les banques. Ces taux d’endettement en cas de défaillance des banques locales avaient la capacité intrinsèque de mettre le pays en faillite. Islande, via des rendements attrayants, ce qui est une forme de dette extérieure.

Comme de nombreuses autres banques à travers le monde, les banques islandaises eurent de plus en plus de difficultés à se refinancer sur le marché interbancaire, ainsi qu’à renouveler leurs emprunts, les créditeurs exigeant paiement alors qu’il n’apparaissait plus possible d’obtenir de nouveaux emprunts. Cette dépréciation de la monnaie met une forte pression sur les banques privées islandaises, fortement dépendantes de la dette extérieure. Le climat économique en Islande a affecté de nombreuses activités économiques ainsi que les citoyens. Le trafic international serait cependant en augmentation. Nous bénéficions d’un trafic raisonnable des autres marchés . Des manifestations ont lieu régulièrement devant le Parlement, pour exiger la démission du gouvernement et du directeur de la banque centrale, ainsi que des élections anticipées.

Ce référendum a été provoqué par le refus du président islandais de promulguer l’accord entre l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Islande, pourtant ratifié par le Parlement. Le but de cet accord était de planifier le remboursement la dette d’Icesave dont le gouvernement islandais est garant. La conséquence de ce rejet est un nouveau projet de remboursement, à un taux plus faible et sur une durée plus longue. Cependant, ces deux rejets ne signifient pas que la « dette Icesave » ne sera pas remboursée.